Retour à soi & prise en charge du stress

CamilleDéveloppement personnel, Naturopathie

Aujourd’hui j’ai envie de vous partager quelques éléments sur le stress et sa prise en charge. En effet, cette période nous invite à un retour à soi et des émotions désagréables peuvent remonter.

La naturopathie m’a beaucoup apporté depuis ces années notamment parce que j’ai appris à comprendre mon corps et les signaux qu’ils m’envoyaient. C’est un chemin que l’on parcours pas à pas, au quotidien mais je vous garantis qu’il vous ramène à votre essence et que c’est le plus beau cadeau que l’on puisse s’offrir.

Voici donc de précieuses informations qui vous permettront peut être de prendre encore plus la mesure quant à l’importance d’être à l’écoute de soi et des grandes lois de la santé.

 

1 – LA PHYSIOLOGIE DU STRESS

Qu’est ce que le stress ?

Tout est stress, sel de la vie, dynamique qui apporte le mouvement. Et le mouvement c’est la vie. C’est donc un phénomène normal de réaction intérieur face à un évènement extérieur que le cerveau perçoit comme une agression. C’est notre état d’esprit du moment et en fonction de nos mécanismes, que nous provoquons nous même inconsciemment.

Le stress ne provoque pas d’inquiétude, de nervosité, d’impatience…. La pensée et la vision sont neutres c’est le ressenti profond qui envoie le signal et la perception qui nous fait être dans un certain état. En d’autres mots, c’est notre monde intérieur qui provoque cet état de stress, c’est une sorte d’état de conscience modifié que nous nous créons par réaction.

Ce sont nos pensées et nos ressentis profonds qui déclenche le processus intérieur et le mécanisme du stress. L’émotion est donc l’extériorisation de la pensée et du ressenti profond, c’est-à-dire notre propre sensibilité. Le monde extérieur a bien évidemment une influence sur nous en modifiant notre état d’esprit et le mécanisme du stress à un impact réel sur la physiologie mais il est important de prendre en compte l’importance de nos ressentis, de notre état d’esprit et de travailler aussi sur les processus inconscients qui nous limitent.

En soi le stress n’a pas de conséquence négative sur l’organisme, c’est lorsqu’il est prolongé et sans possibilité de récupération que cela pose problème.

Histoire du stress

À l’origine le facteur-stress était principalement physique. C’est même au stress que l’homme doit sa survie…Notre ancêtre, l’homme des cavernes, se devait de réagir extrêmement rapidement face à un danger, cette rapidité de réaction était due au stress qui, dans ce type de cas devient donc salvateur.

Ce stress salvateur vous sauvera la vie lors d’un accident de la route ou d’un incendie : c’est lui qui vous fera réagir avec rapidité. Nous pouvons donc constater qu’il existe un bon et un mauvais stress.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Dans notre société la confrontation avec un danger immédiat devant lequel nous devons réagir très vite est, heureusement, très rare. Le stress que nous vivons tous aujourd’hui doit être considéré comme un stress « intellectuel », psychique, beaucoup plus difficile à évacuer qu’un stress dont la cause vient d’un danger physique imminent.

L’avancée de la recherche et notamment des neurosciences nous permet de mesurer les ondes cérébrales et voir ainsi l’impact du stress sur l’organisme. Il a été découvert que plus nous sommes stressés plus l’intensité cérébrale augmente vers les ondes Bêta entraînant une altération et une perturbation de notre niveau de conscience. Nous ne réagissons plus avec discernement et sommes principalement dans la peur en activant l’amygdale, centre de commande de l’état d’esprit et de la peur.

Les causes du stress sont très nombreuses et variables d’un individu à l’autre car chacun réagit différemment à une situation pourtant on s’accorde à dire que celui ne cesse de croître depuis une 40aine d’années dans les pays industrialisés où tout va trop vite (1H30 à 30 min de pause déj en 40 ans)

Processus stress

Il n’y a pas eu d’évolution physiologique dans le processus du stress. Il reste inchangé depuis des centaines de milliers d’années. C’est d’ailleurs tout le problème puisque l’organisme ne fait pas la différence entre un stress physique et psychique.

Libération massive d’adrénaline

Pour nos ancêtres, l’adrénaline déclenchait une réaction instantanée : le combat ou la fuite. Aujourd’hui l’adrénaline libérée se retrouve pour ainsi dire piégée, quel intérêt avons-nous à combattre ou fuir dans un embouteillage ? Elle devient donc très difficile à évacuer dans ce type de stress.

Les 3 phases du stress

  • Phase d’alarme – 1 : Qui permet la réaction au combat ou la fuite.

L’adrénaline ainsi libérée dans le sang entraîne :

  • Augmentation rythme cardiaque
  • Augmentation glucose et cholestérol
  • Accroissement tension musculaire
  • Accélération respiration
  • Chute système immunitaire

Phase de résistance – 2 :

  • Elimination cause àRemise en fonction normal de l’organisme
  • Cause perdure àEpuisement réserves d’énergie àétat de fatigue et d’irritabilité

Phase d’épuisement – 3 :

Les causes de stress, à répétition et de longue durée conduisent l’organisme à l’épuisement.

Le système immunitaire bloqué entraîne un vieillissement prématuré, une prise de poids, des insomnies…

Le renouvellement cellulaire se ralentit et le risque de maladies immunitaires augmente, surgissent alors les problèmes de santé : psoriasis, eczéma, dépression pour lesquels les causes sont facilement identifiables mais, on sait aujourd’hui, que le stress peut déclencher n’importe quelle maladie.

Il y a différents types de stress

  • Endogène

Conditionnement intérieur psychique (éducation), facteurs hormonaux : croissance, grossesse, ménopause, maladie, fatigue, manque de sommeil, faim, douleur, manque exercice physique, pollutions, mauvais alimentation (inadaptée), apports en sucre trop importants

  • Exogène

Excès de stimulants : drogues, caféine, tabac…. (dopamine artificielle en permanence dans le sang), pollutions diverses, pression de la vie professionnelle, foule, transports, pollution, contretemps, téléphone, agressivité, chômage, médias, hyperactivité (adrénaline, endorphines, vieillissement cellulaire), froid soudain, changement climatique, changements d’horaires (de travail : pilotes, infirmières, ouvriers…) sérotonine en manque, pollutions sonores (même 80 hz mastoïdes vibrent)…

2/ APPRENDRE & PRENDRE DU RECUL

Gérer le stress n’est pas lutter contre mais faire avec! Apprenez à gérer votre sérénité mentale pour gérer votre stress car ce sont nos pensées qui créent ce tourbillon infernal.

Doper son alimentation

L’alimentation saine est un facteur clé dans notre santé alors équilibrons nos assiettes au mieux pour bénéficier de tous les nutriments dont l’organisme a besoin. Choisir des aliments riches en minéraux, oligo-éléments, acides aminés ou encore en vitamines bien précises est la clé de la vitalité. Il existe donc bel et bien une alimentation anti-stress.

  • De quoi est elle composée ?

Notre système nerveux est constitué de neurones qui transmettent des excitations et des stimuli par l’intermédiaire de neurotransmetteurs chimiques véhiculant nos émotions, nos pensées, nos sentiments et responsables de notre comportement.

Ces neuromédiateurs sont synthétisés à partir de précurseurs qui ne sont autres que nos aliments. Et plus précisément à partir des acides aminés.

  • Le tryptophane

Acide aminé essentiel au bien être, en diminuant les phénomènes liés au stress. Il est le précurseur de la sérotonine, indispensable à la relaxation.

Taux faible àconfusion mentale : agressivité, colère, nervosité, phobies, dépendance aux drogues douces telles l’alcool et le tabac, contrôle pulsionnel, comportement alimentaire, suicide.

À l’inverse, lorsqu’on est heureux, le taux de sérotonine remonte.

Amandes, noix, noisettes, arachides, riz complet, soja, fromages, œufs, poissons, dattes, levures, légumineuses, banane, dinde.

Les glucides lents (céréales complètes àrégulation sérotonine)

  • La glutamine

Acide aminé précurseur de deux neuromédiateurs qui diminuent l’anxiété.

Son, blé, amandes et noisettes

  • L’histidine

Précurseur de l’histamine, un transmetteur nerveux qui joue un rôle de régulation des émotions et du comportement. Il a un effet relaxant du cerveau, favorise l’orgasme chez la femme et augmente les sensations pendant l’acte sexuel…

Céréales complètes, laits végétaux, œufs, laitage, viandes,

Mais aussi – Alimentation anti-stress

  • Le magnésium : effet contre le stress, la déprime, l’anxiété, l’insomnie

Son apport est indispensable au bon métabolisme des acides aminés (ex : tryptophane).

Algues, amandes, avocats, chocolat noir (min 75% – avec parcimonie pour son taux de sucre ) et cru de préférence, céréales complètes (car tous les produits alimentaires raffinés en sont dépourvus), bananes (si votre régime alimentaire le permet), figues, légumes verts, graines de citrouille, tofu, pommes, noisettes, noix, poisson, fruits de mer, légumineuses.

  • La vitamine C : diminue les symptômes de fatigue, anxiété, dépression.

Agrumes, fruits rouges, persil, papaye, kiwi, goyave, brocoli, pomme, chocolat

  • Omégas 3: carburant du système nerveux et anti inflammatoire, diminue le taux de cortisol

Pourpier, noix, huile de colza, de périlla, entre autres, mâche

  • Vitamine B1 : effet sur la dépression et la fatigue

Germe de blé, riz, avoine, amande, noix, noisette, pomme de terre, céréales complètes, flocons d’avoine, œuf, poisson, volaille

  • Vitamine B3, B6 et B12: effet important sur l’humeur

Volaille, thon, espadon, flétan, noix, amande, œuf, germe de blé, légumes verts, fruits frais, fruits secs, céréales complètes, germe de blé, légumes, bananes, produits laitiers, crustacés, poisson, viande

  • Vitamine B5 : action antistress

Gelée royale, œuf, céréales complète, légumes, germe de blé, champignons, lentilles, produits laitiers

  • Vitamine B9 : favorise l’équilibre émotionnel

Laitue, brocoli, épinard, fenouil, fruits frais, céréales complètes, germes de blé, œuf

  • Lithium : fondamental dans la régulation du système nerveux et du psychisme

Il aide l’anxieux, le déprimé, le surexcité, l’insomniaque.

Betterave, carotte, chou, laitue, tomate, œuf, céréales complètes, légumes verts, pomme de terre, poisson

  • Fer : un effet sur la fatigue

Lentilles, persil, jaune d’œuf, coquillages, cacao, céréales complètes, haricot blanc, épinard, huître, asperge, chou (à associer avec vitamine C)

  • Iode régule la thyroïde, le siège symbolique de l’émotion

Il favorise la confiance en soi, prévient l’aliénation mentale et la dépression nerveuse.

C’est l’oligo-élément des échanges amoureux, il augmente les sécrétions thyroïdiennes qui aiguisent la libido.

Oignon, radis, navet, légumes verts, sel marin, fruits de mer, ananas, poisson, ail, cresson, algue

  • Le sélénium est un antidote à la déprime et aux états dépressifs.

Noix du Brésil, céréales complètes, poisson, fruits de mer

Réapprendre à respirer

  • Technique de la respiration alternée

Essentielle pour purifier et équilibrer les énergies d’autant que la respiration agit directement sur l’état d’esprit et c’est celui ci qui va être à l’origine de l’apaisement ou de l’emballement de la machine.

Pour ce faire, les doigts de la main droite vont boucher alternativement les narines, (le pouce sur la narine droite, l’annulaire sur la gauche).

Il suffit de commencer par une expiration normale des deux narines, de bloquer la narine gauche et laisser entrer l’air à l’inspiration par la narine droite en alternant comme suit : expiration droite, inspiration droite, expiration gauche, inspiration gauche, expiration droite, etc.

Ne pas hésiter à fermer les yeux pour une plus grande détente tout en ressentant le passage de l’air dans vos narines.

L’expiration et l’inspiration doivent être lente et profonde, avec un temps de pose  de 4 secondes entre l’inspire et l’expire.

  • Méditation par le souffle

Où que l’on soit, quoi que l’on fasse, le souffle reste (avec avec les battements du coeur) un mécanisme automatique qui nous accompagnera dans touts les aspects et toutes les situations de la vie.

Lorsque le stress est à son comble et que le mental s’emballe, se focaliser sur le va-et-vient du souffle est un moyen précieux de réintégrer le flux de l’instant présent tout en installant un climat de sérénité dans son corps.

Des mantras positifs peuvent également accompagner l’expire et l’inspire comme dans l’exemple qui suit :

Inspire : « toutes les cellules de mon corps sont en parfaite santé »

Expire : « puisse le calme et la sérénité m’accompagner en tout temps ».

Pratiquer une activité sportive

La dépense physique a toujours fait partie du quotidien de l’Homme : moins ou pas de transports, travail physique, chasse … L’effort musculaire intense demandait un repos nécessaire à cette fatigue physique.

De nos jours la plupart des individus ne pratique pas d’activités physiques suffisantes, notre musculature s’affaiblit particulièrement en ce qui concerne les citadins et surtout ceux dont l’activité professionnelle ne demande pas d’efforts physiques. En revanche, la fatigue nerveuse augmente et est beaucoup plus difficile à évacuer.

Notre corps est fait pour bouger et être en mouvement, c’est indéniable. Mais tout le monde n’a pas le même rapport au sport. Le tout est d’être à l’écoute de ses envies et de prendre le temps de réfléchir à l’activité qui nous plaît. Plutôt collectif ou individuel? En intérieur ou au grand air? Cardio ou endurance? Les choix sont multiples et variés, le tout est de trouver l’activité qui vous fera du bien et pour laquelle vous vous y rendrez avec plaisir. Souvenez vous que le sport est le contrepoids du nerf. L’activité physique a donc pour effet de renforcer notre corps (et de tous ses systèmes), de reposer notre système nerveux mais également d’augmenter notre capacité à résister au stress! Ce dernier point n’étant pas une mince affaire.

Préserver son énergie

En complément du sport, la meilleure façon de se préserver du stress et donc de garder son énergie est tout simplement le repos et la détente (sans smartphone, ni ordinateur…..). Cela peut paraître simple, et pourtant! Aujourd’hui, nous en manquons considérablement. Le sommeil est, de nos jours, très souvent insuffisant. Il est toutefois indispensable, tout comme le respect des cycles jours/nuits (et oui nos enzymes et nos hormones sont produites à des moments précis) mais aussi la pratique de temps calmes (méditation, relaxation, lecture, sieste….). Ces temps de détente peuvent être plus ou moins courts selon votre planning mais sachez que 15 minutes suffisent et vous permettrons de rester ancré lors de phases de stress.

Soutenir avec la phytothérapie

  • Rhodiola

Plante adaptogène présentant une action intéressante sur les sujets dépressifs. Efficace pour diminuer la fatigue mentale et améliorer la concentration, elle permet également de booster la sérotonine et la dopamine, hormones essentielles à notre bien-être. Elle aide à compenser un peu le manque de sommeil lié au stress.

  • Valériane

Utilisée dans le traitement de la nervosité et des troubles anxieux du sommeil depuis des siècles, la Valeriana officinalis possède apaise la tension nerveuse, l’anxiété avec tendance dépressive, réduit le temps d’endormissement, améliore la qualité du sommeil et diminue l’agitation nocturne. C’est la plante des personnes qui ruminent les soucis obsédants.

  • Griffonia

Les graines de cet arbuste africain renferment du 5-HTP (5-hydroxytryptophane). Le 5-HTP est un précurseur direct de la sérotonine, un messager chimique cérébral garant de la « sérénité ». Celle-ci joue un rôle important dans la régulation du caractère, de l’anxiété et du sommeil. Le griffonia est plutôt indiqué pour des situations d’anxiété et de troubles de l’humeur associées à des fringales de sucre.

  • Aubépine

Traditionnellement utilisée pour ses vertus cardiotoniques, hypotensives et pour diminuer les palpitations cardiaques, l’aubépine (Crataegus laevigata) est indiquée à chaque fois que des tachycardies, oppressions respiratoires ou thoraciques, boules dans la gorge, sensation de cœur qui s’emballe ou qui s’arrête accompagnent le stress.

Ces plantes ont des actions puissantes il est donc important de vérifier auprès de votre naturopathe ou phytothérapeute qu’elles sont adaptées pour vous. Elles ont des contre indications selon les cas.

L’olfactothérapie ou la magie du vivant 

Les senteurs aromatiques influencent via le cerveau de nombreuses fonctions corporelles et processus mentaux, psychiques et émotionnels. En lien direct avec les cerveaux limbiques et reptiliens elles réveillent alors la mémoire.

Elles posent une action interne dans la conscience. Agissent sur le fonctionnement général et relancent l’organisme dans sa globalité.

C’est en prenant le temps de respirer des huiles essentielles telles que l’orange, la lavande, le petit grain bigarade, l’ylang ylang, le citron si vous avez besoin d’energie que vous ressentirez toute la puissance de leurs actions et de leur soutien. Et si vous souhaitez être accompagné j’intègre très souvent cette technique dans mes séances.

Et quand ce n’est pas suffisant ou en complément

Pourquoi les techniques réputées performantes pour se relaxer ou se libérer des émotions difficiles ne fonctionnent pas si votre cerveau dysfonctionne ?

Parfois toutes ces techniques ne suffisent pas parce que le stress s’est transformé en anxiété, tel un état d’esprit. Notre état de conscience est tellement loin de nos processus équilibrés que le cerveau fonctionne en permanence en état de stress. Dans ces cas là il est important d’aller travailler à la source de ce qu’il se passe dans l’inconscient.

Des outils d’accompagnement émotionnels tels que l’hypnose que je pratique sont des moyens d’aller travailler à la source de ce qui fait que l’organisme ne sait plus gérer autrement. Combiné avec une approche du coaching cela permet également de recréer un mode de fonctionnement qui soit plus adapté aux aspirations et aux attentes dont vous avez besoin.

Le maitre d’œuvre qui vient alors à nouveau d’un état d’esprit clarifié permet alors au cerveau de ne plus réagir mais simplement d’exécuter les tâches qu’on lui demande permettant alors de surfer plus facilement sur la vie et ses imprévus. Et nous en avons bien besoin en ce moment.