Nos émotions : un jardin à cultiver

CamilleDéveloppement personnel

Les émotions vous traversent et vous habitent à chaque instant. Elles orientent votre manière de penser, de vous comporter, d’entrer en interaction avec les autres, de prendre des décisions. Et pourtant, j’imagine que cela vous est déjà arrivé de vous sentir démuni et submergé.

Mais alors, que faire pour mieux les apprivoiser ?

Qu’est-ce qu’une émotion ?

Véritable langage universel, l’émotion est un langage commun à tous les mammifères.

Signal indicateur de ce qui se passe à l’intérieur de vous, c’est le résultat du traitement d’une information. Elle est une sorte de messagère qui met en lumière vos besoins fondamentaux.

Ce phénomène dynamique est déclenché par un évènement spécifique que le cerveau va analyser et traiter de manière totalement subjective. Voyez comme vous pouvez réagir différemment que votre voisin dans la même situation.

Pourquoi ? Parce que vous êtes un être émotionnel avant tout.

Les émotions colorent votre vie depuis votre premier souffle. Elles posent une empreinte, un ancrage sur chacun de vos souvenirs. Votre premier rendez-vous, votre dernière soirée, votre dernier concert, la naissance de votre enfant… Vous voilà transporté vers tous ces souvenirs. Plus l’intensité émotionnelle est forte, plus ils paraissent présents. Un véritable voyage dans le temps.

Chaque émotion colore votre perception du monde

Chaque individu est un écosystème à lui tout seul. Organisé par sa propre horloge interne, chacun détient son propre jardin intérieur.

Pour que tout fonctionne de manière harmonieuse et équilibrée la communication entre le corps, les émotions et les pensées (ou mental) doit être bien établie.

Or, vos pensées composent et colorent votre monde intérieur, votre inconscient. Elles déterminent et sont déterminées par vos croyances, elles-mêmes construites au fil de votre histoire.

Lorsque vous percevez une information, celle-ci est transmise et traitée par le filtres de vos croyances, de l’histoire que vous vous racontez inconsciemment et crée une émotion qui présente des composantes physiologiques diffusées par des hormones et des neurotransmetteurs qui auront alors un impact sur votre expérience.

Il faut savoir que pour éviter la déperdition d’énergie, le cerveau agit (toujours au niveau inconscient) par association d’idées et généralise nos perceptions, l’associant à ce qu’il connaît déjà. Il accumule les évènements vécus qui lui semble similaire au même endroit, un peu comme dans une boîte. Les critères n’étant pas rationnel mais purement émotionnels, les associations et les liens sont alors tout sauf logiques et relatifs à l’histoire inconsciente racontée à l’intérieur déterminée par vos croyances. Cela donne alors une couleur particulière, propre à vous. Elle transcrit, imprègne et touche vos systèmes, vos organes et chacune de vos cellules à travers vos sensations corporelles. L’épigénétique appelle même cela la mémoire cellulaire.  Lorsqu’il il revit une situation qui lui fait penser à la première fois où il a ressenti cette même émotion il l’associe, la relie et crée une mémoire émotionnelle.

Où est le problème ?

Les difficultés apparaissent lorsqu’il y a défaillance de communication et d’interprétation entre vos pensées et vos mécanismes inconscients relatifs au corps et aux émotions.

Nos émotions nous animent par les réactions physiologiques qu’elles créent sans avoir pour autant le mode d’emploi. Lorsque ça ne circule pas, cela peut conduire à de profonds déséquilibres internes. C’est alors que nous nous obstinons à les gérer, les contrôler, les étouffer sans prendre en considération le fait qu’elles veulent nous dire quelque chose.

Êtes vous prêt(e)s à attendre leur message ?

Les émotions vous poussent à l’action

Du latin « emovere », l’émotion indique le mouvement. Celle-ci est donc une énergie qui nous pousse à l’action.

On peut même identifier les 4 émotions de base que sont la joie, la tristesse, la colère et la peur comme ayant une direction et une fonction précise.

  • La colère repousse

Vous ressentez que vos limites ou vos règles ont été franchies, que quelque chose ou quelqu’un vous empêche d’atteindre un but.

Le pouls et la respiration sont rapides, les mâchoires sont serrées, les lèvres pincées, les yeux froncés et c’est le coup de chaud.

Elle est utile pour poser vos limites, vos règles, apprendre à dire non, accepter et défendre votre espace vital.

  • La joie fait avancer

Vous vous sentez bien, vous êtes sur le bon chemin, vous aimez ce que vous faites, vous vous sentez à votre place, vous êtes dans ce qui vous anime et ce pour quoi vous êtes doué(e).

Le corps réagit par une expansion, une respiration aérée, de l’énergie, de la légèreté, un sourire, la peau qui se colore légèrement.

Elle est utile pour vous faire atteindre vos buts, pour continuer sur cette voie.

  • La tristesse permet de lâcher

Vous avez perdu une partie un projet, un proche ou des illusions.

La voix se casse, la gorge se noue, les lèvres tremblent, les larmes montent aux yeux, vous pouvez ressentir l’envie de vous isoler, des idées noires.

Elle est utile pour laisser aller nos attachements, vous libérer, accepter la perte.

  • La peur fait reculer

Vous êtes en danger physiquement, vous devez prendre conscience de vos limites psychologiques ou être vigilant(e).

Le regard est craintif, la respiration est rapide et difficile, pouvant conduire à une sensation d’étouffement. Le ventre peut être douloureux, le cou est rentré dans les épaules et des tremblements peuvent apparaître.

Elle est utile pour être prêt à réagir et éventuellement dépasser certaines peurs.

Prenez-en soin

Chaque émotion a donc un message spécifique à donner qu’il est utile d’écouter. Considérez vos émotions comme votre jardin intérieur qui indiquent vos besoins, vos croyances, vos valeurs et vos peurs.

Pour la permaculture, qui vise à concevoir les écosystèmes humains, éthiques, durables et résilients en s’inspirant de la nature, les mauvaises herbes sont considérées comme des plantes indicatrices qui informent sur la composition du sol et donc de ses besoins. Il y a donc juste à être attentif à ce que l’on aime vivre pour équilibrer son terreau intérieur.

On ne peut pas alors pas dire qu’il y ait des émotions négatives ou positives mais plutôt d’émotions confortables ou inconfortables. Elles sont là pour nous indiquer quelque chose, nous mettre en mouvement afin de revenir à l’émotion qui nous fait avancer, la joie. C’est d’ailleurs la seule que l’organisme tente de reproduire.

La manière la plus efficace de nourrir son sol est donc de mettre en action des choses qui nourrissent vos besoins 🙂