La femme lunaire

CamilleDéveloppement personnel

En tant que femme, l’appel instinctif à la reconnexion à quelque chose de plus grand, de plus profond, de plus naturel se fait sentir. Cela concerne également bon nombre de mes soeurs. Comme un besoin de reconnexion à cette essence féminine, cette essence lunaire. Une force, une énergie issue du fond des âges comme un pouvoir intérieur, une force créatrice, un grand pouvoir divin.

Qu’est ce que le féminin sacré ?

La femme incarne le corps et la matière. Le ventre est le siège de l’assimilation, de la transformation, de la création. Relié au sacré, au 2nd chakra il ouvre au plaisir, à la créativité, aux relations harmonieuses. En déséquilibre il conduit à des difficultés à lâcher prise au niveau des sens. L’utérus en est la matrice, reliant le spirituel à la terre, il permet la concrétisation en créant dans la matière, en donnant la vie. La femme a la possibilité de créer un être humain. Quelle magie de la vie.

La femme est donc le lien entre l’invisible et le visible dans sa force de création. Les caractéristiques de cette énergie Yin sont nombreuses et connues de tous. Ne parle t-on pas d’intuition féminine, de sensibilité ? Mais également de douceur, d’empathie, de capacité à donner de l’amour, à s’occuper des autres…Mais comment faire lorsque l’on vit dans une société qui nous coupe de notre nature profonde ?

La reconnexion

Pour renouer avec notre corps, avec nos émotions et avec nos sœurs, avec celles qui nous comprennent, il faut prendre le temps de l’introspection. Cela passe par un besoin profond de se mettre à son rythme, d’écouter la petite voix intérieure qui nous parle et nous connaît si bien.

Comprendre nos cycles peut faire partir de la première étape. Car physiologiquement c’est avant tout une question d’hormones. Cette instabilité et cette impermanence est profondément naturelle.

Les deux hormones les plus connus appelées œstrogènes et progestérone ont deux rôles physiologiques bien distincts. Issu du grec, le terme hormone signifie mettre en mouvement. Ces substances naturelles agissant comme des messagers chimiques entre différentes parties du corps ont comme rôle de modifier les interactions des organes et leurs comportements. Logique que cela ait une action au niveau physique, émotionnel et énergétique.

Les oestrogènes ont de nombreuses fonctions dont de stimuler l’ovocyte et relancer le désir, tandis que la progestérone favorise une ambiance propice à la nidation ; c’est l’hormone du projet et de la gestation. Ressentir des variations physiques, émotionnelles et énérgétiques au cours du cycle est donc tout à fait normal. Et pourtant… Méprisées, ignorées par tous depuis bien longtemps, les différentes phases du cycle sont de véritables cadeaux. Pour être à même de les recevoir, douceur et compréhension sont nécessaires.

Pourquoi parler de cycle lunaire ?

Parce qu’il dure en moyenne 28 jours, autant que la lune pour faire le tour de la Terre. Et que nous connaissons bien l’influence de la Lune sur les marées, les végétaux mais également les humeurs. En tant que femme, se connecter à la Lune permet d’y trouver une alliée secrète.

Nous avons besoin de respecter et d’aimer notre cycle lunaire dans notre essence divine. Celui qui nous permet de mieux nous comprendre, nous connaître et appréhender les variations qui lui sont propres. C’est la représentation de l’énergie féminine Yin, faite pour recevoir, pour nous ouvrir à nos sens. Accepter la beauté, l’impermanence de la vie et des émotions. Ressentir ce qui se passe en soi, en nous. Chaque femme est unique et détient son propre rythme. Ces cycles traversent notre corps et nos humeurs qui en sont témoins.

Avec les cycles il n’y a ni calcul, ni règles prédéfinies. Il y a nécessité d’observation de la variation; du changement; de la vie. Comme une danse qui se fait à 4 temps. Un cycle au rythme des 4 saisons, des 4 éléments, des 4 archétypes féminins.

Mettre à profit cette connaissance de soi, adapter au mieux notre vie permet de vivre les différentes phases de notre cycle à différents niveaux. Elle amène et propose des rythmes qui nous permettent en tant que femme de nous ressentir, de nous reconnaître et de nous appuyer. Cela ne veut pas pour autant signifier qu’il faille abandonner son énergie masculine mais plutôt l’équilibrer à partir d’une attitude douce et bienveillante envers soi et les autres.

Les règles

Menstruations, ragnanas, règles, lunes… Les noms diffèrent mais l’objectif reste le même. Elles servent de purification et de régénération de notre intérieur.

S’y reconnecter permet de sortir de cette vision moderne d’un corps aujourd’hui presque uniquement médicalisé.

Douleurs, fatigue, irritabilité… De nombreux symptômes y sont associés. Effectuer un retour à soi, se poser les bonnes questions, accepter que ce moment n’est qu’une partie du cycle permet d’avoir un autre regard, d’avantage tourné vers la bienveillance. De nombreuses solutions naturelles permettent par ailleurs de retrouver un équilibre et surtout de mieux comprendre comment cela fonctionne.

“Qui de son ventre fait un jardin n’a pas besoin de médecin” – Proverbe occitan

Prenons le temps d’honorer notre jardin sacré par une alimentation saine, des outils naturels et une hygiène de vie adaptée.

Revenir à soi permet une connexion profonde, inspirée, inspirante et féminine. Quand on se sent femme à l’intérieur on rayonne à l’extérieur. Cela nous permet à chacune d’habiter notre propre présence, dans toute son intensité vibratoire féminine pour un peu plus chaque jour être dans l’authenticité, l’accueil, la joie, la réceptivité et le cœur.

“Accepter les dépendances que nous impose la nature, c’est la sagesse, les aimer, c’est le bonheur” – Bernard Grasset

Et quelle joie!

 

Pour cheminer en douceur vers la voix de la féminité des ateliers sont régulièrement organisés.