Explorer son cycle pour se (re)connecter à soi

CamilleNon classé

Comme de nombreuses femmes j’ai pendant longtemps ignoré ce que représentait véritablement le pouvoir de co-créer la vie et donc d’ovuler et d’avoir mes règles tous les mois. Je n’avais conscience que de la fatigue et de l’irritabilité que cela me procurait et je luttais contre. Quelle plaie!

Et puis un beau jour j’ai fini par réaliser que je n’avais plus mes règles. Des déséquilibres de santé liés à un choc émotionnel et de l’anorexie m’ont conduit à être en aménorrhée avant de découvrir par la suite que j’avais le syndrome des ovaires polykystiques. Et bien je dois l’avouer, dans la première phase où je vivais une absence totale de règles ça a été un très grand soulagement. Plus besoin de penser à la pilule, ni aux protections hygiéniques et encore moins aux douleurs et divers symptômes. J’étais libre!

Libre vous me direz?

Quand j’ai pris conscience que cela durait (plus de 2 ans) et que cela pouvait avoir des conséquences désagréables (dont le syndrome des ovaires polykystiques) j’ai fini par déchanter. C’était loin d’être la liberté. Je suis vite redescendu de mon petit nuage quand j’ai compris toutes les implications que ça causait et tous les déséquilibres que ça engendrait. Mon envie de comprendre et mon chemin de retour à soi m’ont alors conduit à prendre conscience de l’importance des règles et de leur écoulement par le biais de la naturopathie.

Puis, par un beau jour de Printemps il y a de cela près de 4 ans j’ai ressenti le besoin de me reconnecter à mon corps de femme.  Non, le fait de ne pas avoir ses règles (“naturellement” ou chimiquement) n’est pas une libération bien au contraire.

Ce n’est tout simplement pas physiologique. Le processus d’élimination de la muqueuse de l’endomètre qui s’opère lors de cette phase est indispensable pour faire place nette et relancer le cycle. Tout comme chacune des 3 autres phases qui ont leur importance tant au niveau hormonal que physiologique mais aussi au niveau psychologique, énergétique et même spirituel.

La vie fait bien les choses! Je dirai même qu’il y a une véritable intelligence du vivant, et les règles, les ragnanas, les menstrues font partie des 4 saisons qui rythment la vie d’une femme. Et c’est en vivant pleinement chacune de ces saisons que l’on se reconnecte à soi, à son corps mais aussi aux rythmes de la nature.

Ces phases ne sont pas des plaies, ce sont de véritables cadeaux. Au delà de la simple physiologie, elle nous donne un pouvoir et une puissance sans égale. Elle nous conduit à nous connaître et à détenir une grande liberté dans notre manière d”agir envers soi même et envers le monde qui nous entoure. C’est d’ailleurs cette envie latente, cette intuition profonde qui a approfondi mon exploration en tant que femme vers le féminin sacré. Celui qui honore cette énergie à travers notre puissance.

Au fil des saisons

Reconnaitre notre cycle nous permet de reconnecter à une part essentielle de nous-même. La part originelle, fondamentale et incontournable de l’énergie première qui est la source de tout vie.

Ses saisons peuvent être puissantes, ses rythmes tanguent tels des marées car nous souffrons principalement dans notre société dite “civilisée” d’une profonde méconnaissance de qui nous sommes en tant que femme et comment nous fonctionnons.

Les aimer pour vivre le bonheur

Qui n’a jamais rêvé de vivre pleinement et sereinement chacune de ces phases afin d’être en lien avec cette essence profonde et cette énergie créatrice qui nous dépasse (parfois).

Prendre le temps de s’y pencher permet d’accroître notre compréhension des différentes étapes de la vie d’une femme qu’elle traverse au cours de sa vie mais également tous les mois. Prendre le temps de s’y connecter permet de se rappeler que nous avons cette boussole interne qui sait et par la même conduit à nous réconcilier avec ces parties de nous même que nous aimons moins.

Le cycle lunaire

La sagesse ancestrale parle de cycle lunaire car celui ci serait associé aux cycles de la femme. En moyenne celle ci connait des cycles de 28 jours tout comme la révolution lunaire. La lune influence nos marées, la pousse des végétaux mais également nos humeurs (les liquides qui composent notre organisme).

En tant que femme, se connecter à la lune permet de découvrir une alliée qui nous enseigne, nous inspire et nous régénère.

L’interdépendance des 4 phases

Il est d’usage de ressentir pleinement certains passages entre les phases et pourtant sachez que plus les phases sont reconnues, intégrées et vécues pleinement, plus les frontières s’abaissent et s’amenuisent pour que les passage se fassent de manière douce et progressive.

La phase menstruelle

Associé à l’arrivée des règles, à une chute d’hormones cette phase nous permet à la fois d’éliminer la couche fonctionnelle de l’endomètre mais aussi de nous poser dans notre féminité profonde.

Un moment propice à la contemplation et à la régénération. Un moment où l’on nous invite à accepter notre vulnérabilité et à la vivre pleinement car c’est une grande enseignante qui nous permettra de guérir certaines blessures encore à vif.

La chute d’hormones nous permet également d’être plus réceptive à notre inconscient et aux messages de la vie. Profitez en pour écrire, dessiner, peindre, prendre le temps de faire des activités créatrices et artistiques afin d’exprimer votre potentiel.

Evitez par ailleurs les tampons et autres produits chimiques de synthèse et privilégiez la cup menstruelle ou les services lavables.

C’est un moment où nous avons besoin d’une alimentation chaude, simple et riche en éléments nutritifs telles que la soupe, les légumes vapeur, les oeufs et les céréales régénérantes de type avoine ou riz.

Prenez le temps de boire de l’eau plate tout en évitant le café, les excitants, l’alcool et les sucres à index glycériques élevés. Privilégiez également les huiles de 1ères pressions à froid et notamment les omégas 3 pour leurs propriétés anti-inflammatoires.

La phase pré ovulatoire

Considérée comme la saison la plus longue, elle varie en fonction de la quantité d’oestrogènes présentes dans l’organisme. Celle ci est considéré comme l’hormone du désir. C’est au cours de cette période que la glaire cervicale est fabriquée, que le col de l’utérus s’ouvre et que l’ovocyte est choisi.

L’énergie est croissante, comme la phase croissante de la lune. C’est la renaissance, le renouveau qui appelle au mouvement, à la légèreté. La force et l’élan sont retrouvés. C’est une phase où la lucidité, la concentration et la capacité d’analyse sont au plus haut. Nous sommes présentes, actives, dynamiques et dans l’action.

C’est une période interessante pour mener à bien nos projets. Dans la joie, l’innovation et pleine de vitalité.

C’est le temps idéal pour reconstituer vos réserves d’énergie en fer, en zinc, en vitamine C avec de la viande ou des légumineuses, des noix, des noisettes, des légumes verts, des oeufs, des céréales 1/2 complètes, des champignons, des pommes de terre, des agrumes… L’alimentation doit être gaie, variée, épicée et stimulante. Ne vous privez pas de ribambelles de légumes colorés au wok, de smoothie gourmands, de superaliments…

La phase ovulatoire

Considérée comme la plus courte elle correspond au pic hormonal durant lequel il y a maturation complète du follicule. L’ovocyte migre de la trompe vers l’utérus pour être fécondé ou recyclé.

Au cours de cette phase, la libido peut s’envoler car le corps sait que nous sommes fertiles. Il sécrète alors à la fois l’hormone du désir (oestrogènes) et du plaisir (progestérone). Correspondant à la phase de la pleine lune l’énergie est au plus haut. C’est le temps de prendre soin (de soi et des autres), de (se) protéger, d’accueillir l’autre (et soi même) dans l’amour et la compassion. Une période pour danser, bouger avec son corps au travers de mouvement du bassin dynamique. Mais aussi un temps pour apprécier une alimentation gaie, colorée, aux saveurs douces et sucrées.

La phase prémenstruelle

Et voilà que vient l’automne, la lune décroit. Après leur pic, les hormones diminuent. Tout notre corps se prépare à lâcher, évacuer, laisser mourir tandis que pour certaines d’entre nous, nous tentons de tenir coûte que coûte et à accepter nos émotions.

C’est une phase qui peut être difficile à vivre et conduire au syndrome prémenstruel. Elle peut également réveiller en nous des envies de tri, de nettoyage.

Sachez que c’est un moment pour lâcher et laisser place au renouveau. Souvent vécue avec résignation c’est une phase extrêmement enrichissante pour soi même. Reconnaître nos besoins du moment et diminuer la tension que l’on perçoit de l’extérieur permet alors de limiter la pression et les douleurs. Cela peut passer par se consacrer à des activités créatives.

La mission, si vous l’acceptez 😉 est d’accueillir cette énergie décroissante, de prendre soin de votre corps et d’être à l’écoute de vos besoins (profondément). Il s’agit ici de rester prudente en reconnaissant ses propres limites. C’est comme cela que vous vivrez librement cette phase. C’est une phase de connexion puissante avec votre insconscient et le monde subtil. La phase de la magicienne.

Profitez en pour aller en pleine nature, marcher en forêt. Méditez, respirez si vous ne le faites pas déjà.

Physiquement et psychiquement c’est un véritable temps de detox qui prépare la phase menstruelle.

Accompagnez le corps en limitant certains aliments. Il vous en sera reconnaissant. Eviter les aliments à index glycériques élevés, l’alcool, le gluten et les produits laitiers, le café, les aliments industriels, la viande rouge, le sel mais aussi les aliments trop irritants pour l’intestin (pour éviter les ballonnements) : Ail, oignon, choux, aubergine, artichaut, betterave, topinambour, le cru, le non germé, pommes, poires, cerises, melon, pastèque, mangue, céréales complètes, légumineuses sauf lentilles corail et mixées, cacahuètes, noix de cajou, sirop d’agave, miel, sucre blanc, sucre de canne, sirop d’érable.

Composez des assiettes variées et simples avec des aliments riches en omégas 3, en calcium (tofu, soja, chou chinois, amandes, aromates), en céréales 1/2 complètes et en légumineuses en moindre quantité mais également en apportant du magnésium (noix, graines, céréales complètes, légumineuses, légumes, poisson, chocolat noir, amande, noisette, pomme de terre) assaisonné avec du vinaigre de cidre, du jus de citron.

Sachez que plus vous prendrez les temps d’écouter l’impernanence de vos cycles et plus vous les accepterez en vivant pleinement chacune de ces phases, moins les douleurs, symptômes et autres désagréments seront présents. La phytothérapie est également un soutien puissant pour rééquilibrer le système endocrinien.

« Accepter les dépendances que nous impose la nature c’est la sagesse, les aimer c’est le bonheur » B. Grasset

Pour celles qui voudraient creuser le sujet je serai ravie de vous accompagner en consultation individuelle ou au travers de mes ateliers d’exploration des cycles et des cercles de femmes (les infos ici). Et pour les plus chanceuses, sachez que je co-organise une retraite sous le signe du féminin sacré (les infos et le programme ici).

Belle découverte!