Cuisiner pour se relier à soi

CamilleNaturopathie

Dans une société où les dégâts causés par l’alimentation industrielle moderne ont engendrés de nombreuses problématiques de santé telles que le surpoids, l’inflammation, l’immunodéficience, où les maladies de civilisation sont en plein essor, le lien entre la santé et l’assiette est aujourd’hui plus qu’évident. Et pourtant, les pesticides, les perturbateurs endocriniens, les additifs, les métaux lourds, la pollution nous montrent à quel point le lien entre soi et ce que nous ingérons a été perdu, oublié afin de répondre un peu plus à un désir de croissance et de performance sans fin.

A quoi ça sert de manger?

L’assiette est notre nourriture cellulaire. Ce sont en effet les nutriments qui la contiennent qui vont permettre aux milliards de cellules qui constituent notre organisme de fonctionner. Chaque prise alimentaire est transformée et assimilée par le système digestif afin que les nutriments passent la barrière cellulaire et produisent de l’énergie.

En même temps la nourriture est bien plus que ça. Ce n’est pas qu’une substance inerte qui nourrit les cellules, c’est aussi une alchimie qui nourrit notre énergie vitale et qui répond à l’un de nos besoins fondamentales. Elle permet le bon fonctionnement de notre être à tous les niveaux et doit être considéré comme un véritable acte d’amour envers soi en lien avec le vivant.

Respecter les lois de la vie

L’être humain et sa santé doit se tourner vers la recherche de l’équilibre et du respect du vivant. L’homme ne fait qu’un avec l’environnement et doit respecter les grandes lois de la nature. Hippocrate disait d’ailleurs qu’« En toute chose nous devons suivre la nature »

Le choix des aliments, la qualité, les saveurs, les modes de cuisson sont autant d’éléments à prendre en compte dans votre quotidien afin de profiter pleinement des vertus préventives et curatives des aliments.

Cette démarche de prise de conscience, de responsabilisation demande de s’ouvrir aux champs des possibles. De se reconnecter à son intuition, ses ressentis profonds afin d’agir différemment et de se nourrir en harmonie avec l’environnement, de penser en intégrant le vivant et de vivre en prenant conscience de sa place et de son impact dans le monde.

La cuisine est une preuve d’amour à soi

Et oui la cuisine est bien plus profond que l’acte de cuire ou réchauffer un vulgaire ou faux aliment provenant d’on ne sait où et fabriqué à partir d’on ne sait quoi.

Dans ce mode qui se déconnecte de tout il est encore des enjeux majeurs pour rester en lien avec les lois de la nature et du vivant.

Considérer la cuisine comme un moment privilégié pour laisser s’exprimer sa propre créativité permet également de se reconnecter à soi-même.

La cuisine est une activité qui reconnecte à une part de nous plus intuitive et créative et qui permet de laisser libre cours à sa créativité. Imaginer si vous deviez changer de regard sur cet acte millénaire qui rassemble, qui relie et qui nourrit les corps, les coeurs et les âmes. Au temps pas si lointain où l’industrie agro-alimentaire et les faux aliments n’étaient qu’à leur prémices la cuisine avait une place centrale, vitale dans les foyers. Elle ancre, lâche le mental et relie aux sensations du corps et à nos besoins.

Changer votre regard…

Prenez un instant pour la percevoir différemment. Et si ce moment pouvait tout simplement vous permettre de lâcher le mental, de ralentir et de revenir aux sensations. Quelles sensations vous procure le contact des aliments lorsque vous prenez le temps ? Quel plaisir vous procure le fait de sentir les parfums des aliments, leurs goûts ? Que disent vos sens ?

Quelle satisfaction en retirez-vous lorsque vous prenez le temps de déguster un plat, si simple soit-il que vous avez pris le temps de cuisiner pour vous et vos proches ?

Pour vous ouvrir à plus de conscience

Je dois avouer que j’ai toujours aimé cuisiner. Enfant, la place des aliments frais, de qualité et locaux étaient prépondérants. Et la vie à fait que mon mode de vie a changé pour quelque chose de plus rapide, facile et sans « contraintes ». Bien que la cuisine était toujours importante dans ma vie, elle n’avait plus la même saveur et a pris le chemin des supermarchés et des plats préparés.

Les problèmes de santé dont j’ai commencé à souffrir à la vingtaine m’ont alors permis de me tourner à nouveau vers une hygiène alimentaire plus proche de mes besoins. Et j’aime à rappeler que c’est en faisant preuve de créativité, en testant, en ratant parfois (souvent), en mettant la main à la pâte que j’ai pris le temps de trouver une cuisine qui aujourd’hui me convient véritablement. Loin des dogmes et des diktats des régimes et plus proche de la nature et de mes véritables besoins.

Cuisiner en toute simplicité

La cuisine est quelque chose de tout simple. Elle est d’ailleurs définie dans le dico par « accommoder des aliments de telle sorte qu’ils soient agréables à la consommation et au goût ».

La cuisine est d’après moi un outil d’expression extraordinaire qui permet de revenir à l’essentiel, au centre de soi-même et qui nous invite à faire une pause dans ce monde où tout va tellement vite.

Prendre le temps de cuisiner permet de se reconnecter à son corps, ses ressentis, ses sensations et son intuition afin de se laisser guider par son instinct.

Que se passe-il pour vous lorsque vous prenez le temps de cuisiner des aliments bruts, peu transformés mais aussi des légumes de saison ? Prenez-vous le temps de vous demander comment vous souhaitez les déguster ? De quoi votre corps et non votre mental a envie et besoin ? Qu’est ce qui se passe pour vous lorsque vous mettez à jour une forme de cuisine simple, créative, audacieuse et riche en saveurs ?

Remettre de la conscience là où par facilité, manque de temps et de motivation pour certains le lien à soi et à la nature a été perdu.

En cette fin d’année, période de bilan et d’envie de nouveauté je sème une petite graine qui germera peut être chez certains d’entre vous afin de vous permettre de vous relier à quelque chose de plus cohérent et en lien avec le vivant.

Très belle fin d’année à vous