Construire un changement durable

CamilleDéveloppement personnel

En tant d’accompagnante depuis quelques années maintenant et en observant les gens autour de moi j’ai constaté de nombreuses fois qu’une croyance empêche la plupart d’entre nous de changer. En effet, le changement serait difficile, fastidieux, compliqué, inaccessible et douloureux.

J’ai eu envie, en ce début d’année et suite à l’atelier co-organisé avec des collègues hypnos de vous parler de ma manière d’aborder le changement.

En effet, cette période qui marque la transition, la fin d’un cycle est souvent propice au changement, au renouveau. Cela vous amène même probablement à ressentir  l’envie et le besoin de faire le bilan, de poser ce qui a été vécu au cours de l’année qui vient de s’écouler afin de mieux comprendre la direction que vous souhaitez donner à votre vie et vos intentions de la nouvelle année.

Et pourtant, bien que l’envie soit là, une grande majorité d’entre nous n’arrive pas à s’engager sur le long terme. Pour ce qui est des bonnes résolutions de janvier, plus de la majorité ne les tiendraient pas au delà de février.

Comment faire pour construire un changement pérenne?

Parce que oui, il est tout à fait possible de changer. Je vous partage quelques pistes éclairantes et inspirantes de mon expérience personnelles, des témoignages des individus que j’accompagne ainsi que des dernières recherches en neurosciences.

Mettre en lumière votre motivation

Quelque soit le changement souhaité ou la résolution à mettre en place il est important de se demander précisément et avec une véritable honnêteté vis à vis de soi “POURQUOI?” ce changement est envisagé. Cela afin d’identifier la motivation acceptable pour soi. En effet, de nombreuses personnes souhaitant par exemple perdre du poids, se mettre au sport ou arrêter de fumer le font inconsciemment pour leur entourage ou pour suivre les normes sociales ce qui conduit alors à ne pas tenir ses engagements puisqu’ils ne collent pas à ce que nous souhaitons véritablement.

Afin de mieux la comprendre

Véritable moteur de nos actions et de nos choix, la motivation pour perdurer dans le temps doit répondre à certains critères.

  • Autonomie dans ses propres choix

Chaque individu doit avoir le sentiment d’avoir pris la décision de son changement. Rien ne sert donc de pousser votre mari à arrêter de fumer ou votre cousin de se mettre au vélo.

  • Capacité à passer à l’action

Le changement à opérer doit sembler réaliste et réalisable, c’est à dire que vous devez pouvoir envisager de mettre en place cela. Envisager comme changement le fait de terminer 1er au classement d’un marathon alors que vous n’avez jamais enfilé de baskets peut rapidement vous sembler au dessus de vos forces.

  • Obtenir du soutien de votre entourage

Il est important de communiquer sur notre objectif auprès de personnes proches en qui vous avez confiance et qui vous soutiendront. L’idée n’est pas qu’elles vous mettent la pression mais plutôt qu’elles soient là pour vous rappeler l’importance de votre changement dans les moments où vous en aurez besoin.

  • Définir un objectif positif pour vous

La peur est une émotion que nous connaissons bien. Bien qu’elle ait son utilité celle-ci aurait plutôt tendance à nous figer sur place ou à nous faire reculer si nous ne regardons que dans son sens. Prendre conscience de la peur derrière l’envie de changer peut être utile mais afin de construire un changement durable il sera plus adapté de trouver des raisons qui vous amènent à ressentir de la joie dans les changements que vous souhaitez mettre en place. Eprouver de la fierté à l’idée d’être en bonne santé peut être un moteur bien plus puissant qu’avoir peur de mourir d’un cancer.

Déterminer un objectif précis

Pour être efficace et tenir dans la durée il est important de savoir précisément où l’on va. Cela consiste à prendre un temps d’introspection afin de découvrir exactement ce que l’on souhaite et poser à plat la manière dont on veut le mettre en place. Cela permet de mieux appréhender les étapes et de comprendre aussi la notion de temporalité que l’on a tendance à oublier.

Sortir de la routine

Prendre conscience de vos automatismes par rapport à vos actions permet de faciliter le changement. Prendre alors le temps de visualiser les obstacles possibles et anticiper des moyens de les contourner amène plus de flexibilité dans la pensée et ainsi plus de chance de maintenir le changement dans le temps. Dans ce cas là, anticiper permet de trouver des réponses adaptées et des parades sans créer de l’anxiété ou de la frustration. Cela permet de se détacher de la routine et des automatismes qui vous conduisent à un certain type de comportement ou de croyances que vous aviez jusqu’à présent.

Anticiper les “coups de mou”

Je pense que personne ne me contredira si je vous dis que c’est évidemment bien plus facile de changer quand tout va bien. Néanmoins, la vie est pour tous faites de haut et de bas. De moments de joie et de moments de peine. Et il est parfois difficile de passer à travers ces changements. Ces “coups de mou” comme j’aime à les nommer nous conduisent souvent à abandonner nos bonnes résolutions, à retomber dans nos anciennes croyances, nos comportements que l’on ne supporte plus et qu’on voudrait abandonner une bonne fois pour toute.

Et bien j’ai une bonne nouvelle, c’est POSSIBLE!

L’idée est d’en avoir conscience, de prendre le temps d’identifier ces automatismes mis en place et de les observer avec détachement. Déterminer la relation complexe mise en place entre les symptômes (grignotage, procrastination, tabac…) et les émotions et sentiments de peur, de colère, de frustration, de culpabilité. Prendre le temps de les identifier pour les pacifier est déterminant dans le changement profond. Cela conduit également à ouvrir le questionnement du “pourquoi je fais X?” à “Comment je peux procéder pour faire autrement?”. En effet avoir conscience de ses propres problèmes et s’interroger sur les nouvelles possibilités met en action, en mouvement et permet d’aller de l’avant tout en développant sa propre créativité.

Combiner une nouvelle hygiène de vie

Je vais vous donner le secret de la réussite.

Je l’appelle le cercle vertueux.

Et oui, il est beaucoup plus facile de changer lorsqu’on agit au niveau global. Je vous arrête tout de suite.

Cela ne veut pas dire de tout changer radicalement mais plutôt de l’intégrer dans une démarche globale. Sachez que le cerveau fonctionne par association et il est beaucoup plus facile pour lui et donc pour vous de mettre en place différents comportements complémentaires qui agirons comme des rappels les uns par rapport aux autres. Conjuguer un arrêt du tabac avec la décision de se mettre au sport sera plus simple. Chaque action mise en place agit alors de manière salutaire pour l’autre et la renforce.

Dédramatiser

Sachez enfin qu’il est possible et conseillé de ne pas en faire une obsession ou un sujet de culpabilisation permanente. Cela vous conduit d’abord à focaliser sur le manque ou l’absence de changement ce qui risque de vous conduire à abandonner mais aussi à tout bloquer si vous ratez une occasion de pratiquer ce nouveau comportement. Alors il est bien sûr évident que si nous ne mettez rien de nouveau en place rien ne changera. Néanmoins, le changement qui conduit à prendre de nouvelles résolutions ne fonctionne pas de manière binaire. Autrement dit, vous avez la possibilité de vous manquer à certains moments. Cela permet de faire le point, de réajuster mais pas de recommencer à zéro bien au contraire. Le chemin parcouru reste parcouru.

Faire le point

Justement je ne saurai que trop vous recommander enfin de prendre le temps de faire le bilan des petits changements. Régulièrement. S’arrêter et prendre conscience du chemin parcouru est tout à fait gratifiant. L’idée n’est pas de se comparer à Mireille qui a arrêté de fumer au bout de 6 jours mais plutôt de voir votre propre changement. Rappelez vous où vous en étiez lorsque vous avez démarré ce processus et où vous en êtes aujourd’hui. Quels changements avez vous mis en place? Par quoi êtes vous passé? Vous ne courriez que 10 minutes lors de votre première sortie footing et vous arrivez maintenant à 30 minutes? Prenez le temps de reconnaître les efforts fournis. Cela vous donnera la satisfaction et l’envie de continuer.

Pour conclure je ne pense pas que changer soit difficile au sens où on l’imagine. Je pense néanmoins que cela nous met face à nos propres résistances et nos contradictions. Il est donc important de prendre conscience que cette démarche s’inscrit dans le temps et demande de la patience.

Prendre le temps de se questionner sur les bénéfices à long terme et les actions à mettre en place vous permettra de sortir de votre programmation mentale automatique et de reprendre le pouvoir sur votre vie. Mettre de la conscience sur vos actions et de la lumière sur vos aspirations vous permettra d’étendre la probabilité de changer de manière durable.

Ce sont en effet dans les petites actions du quotidien que les grands changements se font.